Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Archives de Tag: Sport

Encore un autre K.O…

Un match déjà perdu dès la première mi-temps, au stade de Kouhounou à Cotonou, devant un public médusé. Cela n’est plus arrivé aux Ecureuils foot depuis très longtemps, depuis qu’ils ont fait leur entrée historique dans la cour des grands, à l’occasion de la Can 2004 en Tunisie. Des matches perdus à domicile, il y en eu quelques uns, très rares, mais pas de l’ampleur de la noyade du 05 juin 2011, même si c’était face aux galactiques Drogba, Eboué, Touré, Gervinho et consorts. Permettez-moi de ne pas rappeler le score dans cette chronique pour ne pas en rajouter au spleen général. Un K.O. de toute une équipe qui a pourtant procuré aux Béninois beaucoup de bonheur ces dernières années quoi qu’en dise des agitateurs d’opinion de mauvaise foi ou carrément médisants. Plusieurs héros étaient présents sur l’aire de jeu, à commencer par certains acteurs de la qualification du Bénin pour la première fois à une phase finale continentale en 2004 : Mouri, Chrisostome, Omotoyossi, Boco, Séydath, en plus de la présence sur le banc d’encadrement de célèbres « anciens » : l’emblématique ex-capitaine, Omar Tchomogo et même Jocelyn Ahouéya. Ajoutés aux nouveaux dont le talent ne souffre d’aucune contestation à l’image de l’homme du match, Stéphane Sessegnon, beaucoup plus flamboyant sur le terrain que Drogba et Gervinho réunis.

C’est finalement cette grande équipe béninoise qui a pris la raclée du 05 juin 2011. Il ne manquait presque aucun cadre confirmé. L’équipe était plus forte que celle qui a terrassé, à Cotonou, les colosses Ghanéens, héroïques quart de finalistes de la dernière coupe du monde en Afrique du sud 2010. Malgré un effectif moins fourni que celui du 05 juin, elle a su opposer une belle résistance à cette même équipe ivoirienne lors du match-aller joué sur terrain neutre au Ghana. Autre réalité au retour à Cotonou ; Drogba et les siens étaient les premiers surpris de l’effondrement de leurs clients du jour, littéralement absents des duels, ayant visiblement abandonné au vestiaire ce qui fonde leur qualité première : la solidarité. Face à des pros de l’acabit des Eléphants, ces genres de flottement ne pardonnent pas. Si nos stars du moment étaient toutes présentes sur la pelouse de Kouhounou et que la débâcle a eu cette ampleur, cela voudrait certainement dire que la clé de compréhension du phénomène se situe en dehors du rectangle vert.

On a bien vu dans les tribunes, lors de l’historique lourde défaite qu’il existait différentes catégories de supporteurs des Ecureuils ; les supporteurs tout court, les plus nombreux, venus au stade pour voir leur équipe nationale gagner la Côte d’Ivoire sans tenir rigueur du classement opéré par l’entraineur, de la personne du président de la Fédération ou du carnet d’adresse de l’adversaire. Ils souhaitaient rentrer chez eux, heureux d’avoir vu leurs idoles faire un bon résultat avec l’espoir que la suite les conduirait à coup sûr vers les stades du Gabon ou de la Guinée Equatoriale, au moins pour le premier tour de la phase finale 2012. Mais, il y avait également dans les gradins une autre catégorie de supporteurs, les plus bruyants, appelant ouvertement les Ivoiriens à en mettre davantage. Parce que, disaient-ils, une humiliation des Ecureuils équivaudrait à une humiliation du président de la fédération, Anjorin Moucharaf dont la légitimité serait contestée par une partie des acteurs du foot. Rien qu’à cause de ça toute une génération peut être privée de rêve, de sensations fortes, d’épanouissement et d’engagement. Ce ne serait donc pas à l’ensemble du gratin footballistique béninois (joueurs, supporteurs, dirigeants, nouveau ministre des sports) de boire la tasse du K.O. jusqu’à la lie. Tant pis si en 2012, l’hymne national béninois ne retentit pas sur les stades du Gabon et de la Guinée Bissau du fait de la raclée du 05 juin. Pourvu que l’un dégage de la tête de la fédé pour que l’autre s’installe. Sinon…

Préparez-vous à d’autres scores-fleuves…

arimi choubadé http://arimi.freehostia.com

Sepp Blatter réélu à la tête de la FIFA – Le sport, pas du tout roi célébré !

Le sport, un domaine comme tout autre infecté, infiltré de corrompus sans vergogne. Sport, Football, tiercé, un repère de fauves en mal d´or et d´argent, le sport n´a jamais été un bel art. Ainsi donc, nous assistons impuissants, assis au pourtour des stades, regardant, admirant, des empoignades qui ressemblent à des partis de compétition.

En réalité, tout a été répété, revu, corrigé, discuté et enfin mis en scène à l´issue d´un maquillage, voir, un arrangement à l´amiable basé sur un tarif exorbitant, à coup de billets de banque, de dollars. le sport est au jour d´aujourd’hui réduit à sa plus simple expression, dénué de beauté et de toutes ces valeurs humaines et artistiques, un maquillage lourd, une pièce de théâtre mal foutue, une affaire de gros sous, rien d´autres et même, un véritable dopage. En réalité, il s´agit là d´un tissu de scénarios montés de toutes pièces dans le but d´enrichir des parieurs de grosses sommes. Le sport n´a rien du bel art dont le but était de communier dans un fair-play d´excellence. Il est désormais dénué du but de rapprocher, rien de tout cela, vanité et magouille transpirent dans les compétitions de bas-étages, sur des pelouses synthétiques où se meuvent des produits achetables à la vitrines des petits footballeurs dopés bloc ! Ainsi donc, nous pouvons nous permettre de dire: A Dieu bel art, que le plus fort et le plus riche l´emporte aux dépends du meilleur et de la qualité, souvenirs et mirages que tout ce maquillage de scénarios médiocres, véritables pourritures et puanteur dénués d´étique et de morale. Maquillage et bêtise mal fignolés. Comme si cela ne suffisait pas, nous avons assisté, hier, à Zurich, en Suisse, une fois de plus impuissant au couronnement de Sepp Blatter qui a brillé par un égoïsme et une usurpation de pouvoir empirique. Il aura le culot de transformer, de déformer, de s´accaparer et de faire du fauteuil de No 1 des sports, le trône d´un royaume qui devrait se perpétuer de père en fils alors que nous pensions avec conviction que seul, le sport est roi. Roi ? Alors, dites nous chers spectateurs, qu’est-ce qui aura changé depuis la nuit des temps ou des gladiateurs étaient en empoignade avec des fauves dans des arènes byzantines avec au pourtour, des véreux et minables spectateurs en attente d´effusion de sang ?

Candidat unique sans concurrent, pas de ticket de participation ni d´entrée en salle, le « malheureux pétrodollar » aura jeté l´éponge avant que le Suisse ne dégaine son volumineux portefeuille. Il sera chassé, interdit de montrer « sa bouille », tel un minable tuberculeux, il se tiendra à distance respectable de peur de ne contaminer la ribambelle d´Africains, yeux hors d´orbite, corruptibles à merci, candidature unique, donc.

Et pourtant, et pourtant, l´on a vu M. Blatter en Afrique du Sud danser. Il n´a pas eu un seul mot de compassion avec la pauvre main d´œuvre qui a construit des stades pour des salaires misérables.

Même son de cloche, pas de courage pour accuser la supercherie d´un Blatter, ivre de pouvoir. Et que dire de tous ces figurants Africains réduits au rôle d´applaudimètre ?

La même mésaventure que celle qui s´est répétée plus d´une fois lors des cérémonies de choix d´un pays hôte pour la coupe du monde…Nous avons encore en mémoire, une victoire insinuée par ce même Blatter au profit de l´Allemagne qui a eu les faveurs des pronostics face à un Nelson Mandela d’Afrique du Sud qui avait souhaité à corps et à cri la palme du choix face à un Franz Beckenbauer aux poches bien garnies… Échec, pile et face, puissance d´argent et de faiblesse corruptible oblige ! Blatter ou d´autres, rien que des oiseaux de même plumage, mieux encore, vautours rapaces assoiffés de pouvoir et d´argent, cupides et malhabiles. A dieu art noble, pelouse jaunie par la crasse d´affairistes véreux et minables, une racaille en pagaille dans un bain acide de poisse !

Ils ont adoré le veau d´or !

Le sport, pas du tout roi !

Kaisa Ilunga Kaisa

Rhénanie du Nord – Westphalie – Allemagne