Le Blog de Aymard

La liberté d'expression dans sa quintessence

Archives de Tag: yaya jammeh

La Gambie ne reconnaît pas Ouattara comme « Président de côte d’Ivoire »

La Gambie ne reconnaît pas Ouattara comme « Président de côte d’Ivoire »

Le gouvernement  gambien a annoncé samedi dans un communiqué qu’il ne reconnaissait pas Alassane Ouattara comme Président de la Côte d’Ivoire, malgré la capture lundi par les forces françaises du Président Laurent Gbagbo qui le remettront aux forces de son rival.

 La Gambie, selon le communiqué, se refuse à reconnaître tout «président, le président Ouattara inclus, ni gouvernement africain qui aura été imposé par des forces extérieures au continent africain, peu en importe la raison ».

Pour le Président Yahya Jammeh, Le Président Laurent Gbagbo reste « le président légitime de la Côte d’Ivoire selon la constitution». Aussi estime-t-il qu’ « il ne peut pas être jugé alors qu’Alassane Ouattara, le président ivoirien choisi par la communauté internationale, est resté impuni après avoir massacré des milliers de civils, seulement pour être président ».

« Il est aujourd’hui très clair, relève la Gambie, pour tous les Africains que le complot pour recoloniser l’Afrique est bien réel, et que nous devons nous y opposer ». Le gouvernement gambien qui craint «une guerre civile en Côte d’Ivoire » après la capture du Président légitime, souhaite l’organisation d’ « une nouvelle élection le plus rapidement possible ».

La Gambie devient ainsi le premier pays africain à s’opposer officiellement à l’intervention armée des forces françaises et de l’ONUCI, aux côtés des rebelles de Ouattara pour l’imposer à la tête du pays. Le Président Russe avait déjà critiqué l’intervention de l’ONU en Côte d’Ivoire, exigeant « des explications ».

Le contentieux électoral né du scrutin du 28 novembre s’est transformé en une guerre avec l’ingérence armée de la France et de l’ONU (Organisation des Nations Unies) qui soutenaient Alassane Ouattara.

Le Président Laurent Gbagbo, a été reconnu et investi Président par le Conseil Constitutionnel, plus haute juridiction chargée de proclamer les résultats définitifs  en Côte d’Ivoire alors qu’Alassane Ouattara, se fonde lui sur une certification « controversée et précipitée » du représentant de l’ONU à Abidjan.

Par directscoop

Rupture des liens entre la Gambie et l’Iran

La Gambie a rompu ses liens avec l’Iran en début de semaine, ordonnant à tous les Iraniens qui représentent leur gouvernement de quitter le pays dans les 48 heures, la nation ouest-africaine.

Un communiqué publié par le ministère gambien des Affaires étrangères a déclaré : « tous les gouvernements de la Gambie et les projets de programmes, qui ont été mis en œuvre en coopération avec le gouvernement de la République islamique d’Iran ont été annulés ». La Gambie  n’a donné aucune raison pour couper les liens avec l’Iran, qui a été impliqué dans plusieurs projets dans ce qui est dit être le plus petit pays sur le continent africain.

Le gouvernement gambien demande par la présente à tous les ressortissants iraniens qui représentent les intérêts du gouvernement de l’Iran dans la Gambie de quitter le pays dans les 48 heures de la date effective prévue par une notification adressée au Gouvernement de l’Iran, indique le communiqué.

Les deux pays qui, ont déclaré à maintes reprises leur soutien l’un pour l’autre sont dans le viseur de la communauté internationale, l’Iran en vertu de sanctions pour son programme nucléaire et la Gambie, accusée de violations des droits de l’homme.

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a déclaré en 2006 que les deux nations ont été sous la pression de « l’intimidation » tandis que la Gambie a soutenu le droit de l’Iran à développer ses capacités nucléaires. Ahmadinejad a effectué une visite dans le pays en Novembre 2009 pour cimenter les liens. Les deux pays ont été mentionnés dans le cadre de la semaine dernière lorsque le Nigeria a signalé la découverte d’un transfert illicite d’armes de l’Iran, y compris des roquettes et des grenades, au Conseil de sécurité. L’Iran, en vertu de quatre séries de sanctions de l’ONU sur son programme nucléaire controversé, y compris une interdiction sur les ventes d’armes, a déclaré que l’envoi a été fait par une entreprise privée et était en route vers un pays ouest-africain, nommé plus tard comme la Gambie.

Possible que ce soit cela qui ait détérioré leurs relations.